Il est évident que la bonne performance d’une Supply chain ne peut plus être considérée isolément de celle de son réseau de fournisseurs et de ses clients. La généralisation de la politique de flux tendus ayant, en outre, exacerbé les risques que fait peser la défaillance d’un acteur sur toute la chaîne. Curieusement, la gestion des flux financiers est restée bien souvent absente des pratiques collaboratives. Il apparait clairement que les problématiques de financement de trésorerie constituent aujourd’hui le maillon le plus faible des Supply chain et peuvent anéantir tous les efforts qui ont été réalisés pour améliorer la performance opérationnelle de bout en bout .

Pour dominer le marché, il ne suffit plus d’offrir un produit ou un service à valeur ajoutée, mais de savoir mieux servir ses clients. Les entreprises ont optimisé au maximum la logistique opérationnelle des flux physiques de marchandises depuis le fournisseur jusqu’à leurs clients. Pour garder sa compétitivité et améliorer sa marge, il est naturel de chercher à baisser les coûts. La pression exercée sur les prix d’achats a commencé à mettre en péril la chaîne. La gestion des flux financiers est restée absente des pratiques collaboratives et le financement de la chaine, notamment du BFR, est aujourd’hui le maillon faible des Supply Chain. La réponse à cet enjeu est de proposer aux entreprises la mise en place d’ une nouvelle solution offrant à la fois l’optimisation du traitement de la chaîne administrative et comptable et le financement du BFR nécessaire à la bonne régulation de la Supply Chain .